Beauté

Les secrets de beauté des Françaises qu’elles ne veulent pas que vous sachiez

Les secrets de beauté des Françaises qu’elles ne veulent pas que vous sachiez

Nous connaissons tous le “je ne sais quoi” français – cette qualité agréable qui ne peut être nommée ou décrite exactement. Par définition, elle est inexplicable, mais cela explique peut-être pourquoi les femmes du monde entier se tournent vers Paris et s’efforcent d’imiter ce style français impossible à saisir.

Bien sûr, cet “idéal” ne représente qu’un seul type de femme française : sensible à la mode, conventionnellement séduisante et majoritairement blanche. Ce stéréotype ne tient pas compte du fait que Paris est une ville merveilleusement diversifiée de plus de deux millions d’habitants qui ne ressemblent pas tous à Jeanne Damas, Jane Birkin, Marion Cotillard, Catherine Deneuve ou Brigitte Bardot. N’oublions pas la séduisante animatrice devenue militante et résistante française Joséphine Baker, dont le règne est antérieur à cette époque mais dont le je ne sais quoi était tout à fait inimitable, ou Tina Kunakey, la radieuse actrice-mannequin dont la différence d’âge de 30 ans avec son mari (et icône du cinéma français) Vincent Cassel fait rêver les tabloïds parisiens.

Quel est le secret ?

Et devinez quoi ? Les femmes françaises vieillissent comme tout le monde. Pourtant, elles ont l’air naturelles, pas sans pores ni plastique. Elles ne se laissent pas abattre, prennent le soleil seins nus et arborent fièrement leurs milliers de Gauloises sur le visage, sans être obsédées par les ridules, les taches de soleil ou l’aspect de leurs seins sur la plage. Jane Birkin aujourd’hui ne ressemble pas à Jane Birkin il y a 30 ans, et c’est très bien ainsi.

Mais la vérité n’est pas que les Françaises ne se font pas lifter, comme l’a déclaré un livre à succès (bien que controversé à juste titre). Cela dit, elles ont beaucoup moins recours à la chirurgie esthétique que les Américains : l’étude mondiale la plus récente de la Société internationale de chirurgie plastique esthétique (ISAPS), qui a comptabilisé les interventions en 2017, a révélé que les États-Unis sont numéro un pour les interventions de chirurgie esthétique, avec 1 562 504 interventions, suivis du Brésil, du Japon, du Mexique et de l’Italie, alors que la France ne figure même pas dans le top 10.

Ce n’est pas que les patients français ne font pas de chirurgie plastique ; c’est juste que la taille des implants est plus petite, et que les liftings conservateurs et les chirurgies des paupières sont plus répandus.

Et qu’est-ce qu’ils obtiennent ? Les services offerts par les quelque 925 chirurgiens plasticiens et esthétiques français sont les mêmes que ceux que vous pouvez obtenir au Royaume-Uni ou aux États-Unis ; c’est la technique qui est différente. Lorsque des patients du monde entier – aussi éloignés que Hong Kong ou Dubaï – entrent dans le cabinet du chirurgien plastique et esthétique Olivier Claude, MD, dans le 16e arrondissement de Paris, ils le demandent par son nom : la French touch. “Le patient veut un résultat, mais il veut un résultat tel que personne ne remarquera qu’il a fait quelque chose”, explique le Dr Claude. Déborah Obadia, chirurgien esthétique et plastique basé à Paris, ajoute : “Elles veulent une “amélioration” si naturelle que même leur mari ne saura pas ce qu’elles ont fait.”

Quel objectif ?

La priorité absolue est un aspect naturel – et, en l’occurrence, le secret pour avoir l’air de n’avoir rien fait est de faire un peu de tout. “Si vous ne traitez qu’une zone spécifique, l’effet ne sera pas naturel”, explique le Dr Claude. “Si vous n’utilisez que du Botox, vous obtenez un aspect figé. Si vous utilisez uniquement des injectables à base d’acide hyaluronique, vous aurez l’air trop parfait. Si vous n’utilisez que la chirurgie du visage, vous n’aurez plus de rides, mais vous aurez l’air trop serré et trop plat. Nous devons combiner tous ces éléments, et utiliser des doses minimales de chacun d’entre eux.” Le Dr Obadia précise : “Par exemple, lorsque nous faisons du Botox, nous respectons souvent les lignes autour des yeux, ou nous injectons assez haut dans le front pour que les patients puissent encore élever leurs sourcils.”

Désormais basé à New York, Stafford Broumand, MD, chirurgien plasticien certifié par le conseil d’administration du 740 Park Plastic Surgery, a suivi sa formation en esthétique à Paris. Là où les gens se rendent en masse à Paris pour voir les docteurs Claude et Obadia, le Dr Broumand cherche à apporter une touche subtile similaire aux États-Unis. “Si vous voyagez en Europe, il y a cette beauté naturelle qui est omniprésente en France et qui ne l’est pas nécessairement dans les autres pays européens”, dit-il.

Est-ce vraiment un bon choix ?

Mais l’idée que tout est entièrement naturel est fausse. “Ce n’est pas que les patients français n’ont pas recours à la chirurgie plastique ; c’est simplement que la taille des implants est plus petite et que les liftings conservateurs et les chirurgies des paupières sont plus fréquents”, explique le Dr Broumand. “Les femmes ne disent jamais qu’elles ont consulté un chirurgien plasticien”, ajoute le Dr Obadia. “Elles disent : “Oh, je suis allée chez un dermatologue et j’ai fait un peeling” – alors qu’elles ont vraiment fait un lifting”. Selon le Dr Obadia, les Françaises regardent fréquemment les actrices de plus de 50 ans, comme Sophie Marceau, Carole Bouquet et Fanny Ardant, comme des exemples pour bien vieillir sans avoir l’air d’avoir fait des travaux.

Ce n’est peut-être pas seulement une question de goût, mais aussi une question d’implications culturelles : Dans son rapport 360° sur l’esthétique, Allergan a interrogé plus de 14 584 “consommateurs soucieux de l’esthétique” dans 18 pays différents et a constaté que seuls 69 % des Français interrogés étaient d’accord pour dire que la stigmatisation associée aux traitements esthétiques injectables s’était atténuée au cours des cinq dernières années, contre une moyenne mondiale de 82 %. “La chirurgie esthétique en France a une mauvaise réputation”, explique le Dr Obadia. “Même dire que l’on a fait du Botox est encore un grand tabou”.

Elles veulent une “amélioration” si naturelle que même leurs maris ne savent pas ce qu’elles ont fait.

La discrétion, elle aussi, est absolument essentielle ; contrairement aux États-Unis, très peu de chirurgiens plasticiens parisiens font de la publicité pour des transformations spectaculaires et complètes, de la tête aux pieds, en détaillant les spécificités de chaque intervention sur Instagram, et vous n’entendrez pas parler de “chirurgiens plasticiens pour célébrités”, dont la simple existence impliquerait que les célébrités françaises ont recours à la chirurgie plastique. Il est possible que, alors que les lèvres, les seins et les pommettes visiblement repulpés sont devenus depuis une carte de visite pour :

  • les mannequins
  • les célébrités et les “influenceurs” américains

les Françaises ne se considèrent toujours pas comme des personnes qui ont recours à la chirurgie esthétique visible ; étant donné qu’elles sont tellement fétichisées pour leur beauté naturelle et sans effort, une Parisienne avec une chirurgie exagérée peut se faire remarquer comme un pouce endolori.

“La pression est différente. Vous voulez faire quelque chose qui montre que vous avez l’air plus jeune, mais qui ne montre pas que quelque chose a été fait”, explique Marie-Laure Fournier, originaire de Paris, présidente de Fournier PR+Consulting, une société de relations publiques et de conseil qui représente de nombreuses marques de beauté françaises, dont Embryolisse et Leonor Greyl. “Les injectables sont de plus en plus courants en France, mais c’est très, très subtil. Les gens qui en font trop et finissent par ressembler à Kim Kardashian, pour les Françaises, ont l’air vulgaires, elles n’ont pas le chic. J’ai des amies qui ne veulent pas se faire faire des choses par la seule peur de ressembler à une Californienne.” En effet, selon le Dr Obadia, “la première chose que disent beaucoup de femmes en consultation, c’est qu’elles ne veulent pas ressembler aux célébrités américaines.”

Le Dr Jonquille Chantrey, chirurgien esthétique et expert en esthétique basé au Royaume-Uni, dont le rôle de leader d’opinion clé international pour Allergan l’amène souvent à Paris, dit que, d’après son expérience, cela se résume effectivement au tempérament stéréotypé des Français : “Ils jugent davantage”. Fait intriguant, le Dr Broumand considère également que le look français préféré est spécifique à la France pour une autre raison. Dans une culture qui se nourrit de la mode depuis des siècles, le visage fait écho à la mode actuelle : élégant et discret. Toutes les femmes aiment se référer à Dior ou Chanel”, ajoute le Dr Nicolas Zwillinger, chirurgien parisien spécialisé dans la chirurgie plastique, réparatrice et esthétique. Oui, les industries du luxe qui ont prospéré sous Louis XIV et entraîné la méfiance de la société à l’égard de la flamboyante et glamour Marie-Antoinette affectent encore aujourd’hui la manière dont les Françaises souhaitent être vues par le monde.

Mais, tout comme les perruques poudrées et les robes à fleurs de lys ont été remplacées par les vestes de smoking Saint Laurent et l’ambiance bohème haut de gamme d’Isabel Marant, la perception parisienne de la chirurgie plastique pourrait bien changer, car de plus en plus de femmes optent pour des améliorations esthétiques, faisant ainsi disparaître le tabou. La France ne s’adapte peut-être pas encore à la prévalence de la chirurgie plastique comme l’ont fait les autres pays occidentaux, mais, selon le Dr Claude, “elle va devenir une nécessité”. Quant à savoir si elles s’ouvriront réellement à leurs expériences, comme l’ont fait de nombreuses femmes américaines ? Je ne pense pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *